L’affaire « Puerto » : Le docteur Fuentes en attente du jugement

Le docteur espagnol Eufemiano Fuentes est actuellement en plein procès pour ce qu’on appelle déjà l'opération « Puerto ». Ce mardi 2 avril, La juge Julia Patricia Santamaria n'a pas demandé au docteur Fuentes, alors qu’il s’était proposé de le faire lors du deuxième jour d'audience, de dévoiler les noms de ses nombreux et célèbres clients sportifs. En effet, la juge venait d'écouter les dernières plaidoiries de la défense, une écoute qui a duré plus de trois heures. Ainsi, elle lui a tout simplement demandé s’il voulait s’exprimer une dernière fois, comme l'en autorise la loi dans une affaire pénale.

Ainsi, Eufemiano Fuentes se leva pour profiter de cette dernière occasion alors que le parquet le condamnait à deux ans de prison pour « atteinte à la santé publique ».

Laver le sport espagnol

Fuentes semble avoir pris la peine de mettre dans un petit carnet quelques phrases en vue de ce moment, tandis que son avocat prônait le silence. Ainsi, il commença son monologue en disant : « Je ne suis pas avocat mais je peux vous assurer qu'en 35 ans de carrière médicale, je n'ai jamais porté atteinte à la santé d'un de mes patients. J'ai toujours veillé à leur santé et aucun de mes patients ne s'est jamais plaint de mon action ».

Au terme de ses déclarations, la juge Santamaria déclare l’affaire classé. Ce fut un procès sur lequel le procureur et l'avocat général avaient misé pour « laver le sport espagnol ». Dans cette affaire, Eufemiano Fuentes est accusé d’avoir été au centre d'un réseau important de dopage sanguin, réseau mis à la lumière du jour en 2006.

Depuis le 28 janvier, les audiences se sont enchainée pour se termine el Mardi 2 avril. Le porte-parole du tribunal de Madrid déclarait cependant qu’il faudra « au moins un mois et demi » avant de connaitre le jugement. Lors de sa toute dernière Plaidoirie dans cette affaire, l'avocat du docteur, Tomas Valdivielso, déclarait estimer qu’aucune preuve n’avait été apporté dans ce procès prouvant qu’un délit pénal contre la santé publique avait été commis : « Le sang n'est pas considéré comme un médicament par le code pénal espagnol et le docteur Fuentes a toujours pris les précautions qui s'imposaient en matière de conservation comme l'a noté le laboratoire de Barcelone » , laboratoire où sont conservées les pochettes de sang.

Dans l’attente du jugement, on sait déjà que le Docteur Fuentes a l’intention d’écrire un livre sur cette affaire.

joomlajoomla templates 3
2017  Geodomaines - Enrico Anouna